Le Népal, ça te dit quelque chose… ?

Si tu ne connais pas du tout ce pays, aucun soucis: je ne connaissais rien sur le Népal avant d’y mettre les pieds. Donc, en me lisant, tu vas le découvrir en même temps que moi. 😉

En premier lieu, je dois te prévenir: j’adore l’inconnu. J’aime ne rien prévoir et me laisser porter par mes envies avec le sentiment d’une liberté totale. C’est ça pour moi l’aventure! Et, à travers mon récit, j’espère te donner l’envie d’y goûter toi aussi.


J’ai toujours rêvé de partir randonner dans l’Himalaya: les montagnes les plus hautes du monde, escarpées et recouvertes de neige… Les temples bouddhistes et les villages perdus dans les montagnes…

Ça fait rêver non? 🙂

Dans ma chambre, j’ai des posters qui m’y font penser chaque jour: il fallait donc bien que ça arrive.

Toi je ne sais pas, mais moi, quand je pense à l’Himalaya: je pense au Tibet. Sûrement à cause de la BD Tintin au Tibet 😁. J’ai donc entamé des recherches sur le Tibet. Après avoir trouvé sur CouchSurfing une jeune tibétaine voulant bien m’héberger à Lhassa, (la capitale du Tibet), je me suis dit: « Okay, cool, j’ai l’hébergement. Maintenant, il ne me reste plus qu’à prendre mon billet, et c’est parti! ».

Sauf que… Non. Pour les touristes, le Tibet, c’est un peu comme la Corée du Nord. Le visa est compliqué à obtenir, et surtout: pas moyen de voyager seul. Il faut obligatoirement faire appel à une agence: au revoir la liberté…

J’étais très déçu. En plus mon hôte avait l’air super sympa: elle m’avait déjà raconté pleins de choses sur les traditions et la culture tibétaine. Ceci m’avait encore plus donné l’envie d’en apprendre davantage.

Heureusement, juste après cette déception, j’ai fait une énorme découverte : l’Himalaya ne se situe pas seulement Tibet!!! En effet, la chaîne de montagne s’étend sur 2400 km à travers 7 pays : l’Afghanistan, le Bhoutan, la Birmanie, la Chine, l’Inde, le Pakistan et… le Népal.

Ah, oui, de plus: tu vois l’Everest? La plus haute montagne qu’il y est sur Terre? Et bien, devine où elle se trouve… A la frontière entre le Tibet et le Népal!

Ça m’arrange: je comptais en profiter pour la gravir durant le voyage. 😂😂😂

Me voilà donc rendu à l’étape du billet d’avion que je prends pour la somme ridicule de 590 €. Je m’y prends deux mois à l’avance cette fois-ci. Pas comme pour l’Islande où je l’avais pris une semaine plus tôt.

Mais malgré tout, ça n’a pas changé grand chose au niveau de l’organisation… 😅

Comment se préparer physiquement pour partir randonner dans l’Himalaya?

Niveau préparation physique, j’étais clairement au top!

Excepté le cours du vendredi à mon école, cela devait bien faire 2-3 mois que je n’avais pas fait de sport. Autant dire que je n’étais pas certain de mes capacités de survie pour marcher à plus de 4 000 mètres d’altitude surtout quand j’ai eu connaissance du MAM (Mal Aigu des Montagnes).

Je n’étais pas super chaud pour payer 7 000 € en cas de problème pour un rapatriement en hélico en ajoutant à ça les frais médicaux sur place… Donc, j’ai pris une assurance.

Ensuite pour compléter ma préparation physique, j’ai proposé à des amis d’aller voir l’Ascension: ce film raconte l’histoire vraie d’un jeune de cité qui part gravir l’Everest pour prouver son amour. Adaptation du livre Un tocard sur le toit du monde de Nadir Dendoune. Un bon film avec beaucoup d’humour!

La préparation physique achevée, la question du «qu’emmène-t-on comme matériel?» se pose légitimement…

Qu’est-ce qu’il faut absolument savoir sur le Népal et comment bien préparer son sac ?

« Aucune idée! Haha! ». Voila ce que je t’aurais répondu la veille de mon départ…

Mais, ne t’inquiète pas: après deux semaines d’aventure, j’ai tellement de conseils, bons plans et astuces à te partager… Que tu ne vas pas être déçu! 😉

Pourquoi faire un tour à Décathlon la veille du départ?

Après un tour à la pharmacie où j’achète quelques comprimés qui permettent de purifier l’eau, je pars à Décathlon dépenser plus de 150 € en équipement.

En fait, j’étais pas du tout équipé pour le froid. Je passe donc un long moment dans Décathlon jusqu’à sa fermeture pour m’acheter des chaussettes, gants, sous-gants, cagoule, manteau, pull, leggings…

Faut savoir qu’en bas des montagnes, il fait assez chaud (20-25°C) mais plus tu montes, plus la température baisse (#Cap’tainObvious). Elle peut facilement descendre en dessous des -20°C quand on dépasse les 3 000 ou 4 000 mètres d’altitude.

Après si jamais tu pars vraiment trop à l’arrache, tu peux facilement trouver tout ce qu’il te manque pour pas très cher en arrivant à Katmandou.

Comment obtenir le Pass pour gruger toutes les queues à l’aéroport?

Pass pour gruger les queues à l'aéroport

Je me réveille à 8h00 et commence directement à préparer mon sac. Je suis content de voir qu’il pèse seulement 5kg avec toutes mes affaires dedans et que je n’aurais donc pas à porter plusieurs couches d’habits dans l’avion.

Une fois préparé, je cours chopper mon bus. Il est censé arriver à l’aéroport à 10h52 et mon avion décolle à 12h15. Je suis super large! Ça me laisse presque 1h30 à l’aéroport! La blague… 😂

J’arrive à 11h13 devant les files d’attente pour le check-in et me rend compte qu’il n’y a absolument personne qui attend devant Air China. Je pars demander aux hôtesses si c’est bien ici et elles me répondent: « Oui oui. Sauf qu’on ferme dans 1 minute! ». Oh merde.

Elles m’expliquent que le check-in est ouvert depuis 9h30 et qu’il ferme à 11h15.

Petit conseil: arrivez un peu en avance et regardez bien les horaires pour le check-in. 😅

Elles me donnent ensuite un Pass pour gagner du temps dans les autres files d’attentes. Pass que je peux réutiliser pour mes prochains voyages d’après ce que j’ai compris.

Tuto apprenti terroriste

J’arrive près de la porte d’embarquement et il ne me reste plus qu’à passer l’étape où ils vérifient que t’as pas de bombe sur toi. Et là, malheur… Mon sac ne passe pas le scanner. Ça doit être à cause de mon fusil à pompe… Non je déconne, j’en ai aucune idée mais les voyageurs commencent déjà à embarquer dans l’avion!!

Je presse le mec qui fouille mon sac en vitesse sans rien trouver de dangereux et je peux alors m’installer tranquillement dans l’avion.

Mon sac bipera encore à l’aéroport suivant. Après une fouille un peu plus minutieuse, on déniche un couteau dans mon sac…

En fait, j’avais une sorte de couteau suisse mais juste de couverts: couteau, fourchette et cuillère. Je pensais que c’était un couteau rond mais pas du tout, il était bien pointu… 😮

Faire ami-ami avec les chinois

Durant ce trajet de 11 heures de vol + les 5 heures d’escales à Chengdu + les 2-3 heures de vol pour arriver à Katmandou, j’espérais apprendre quelques trucs sur le Népal pour ne pas être complètement perdu en arrivant. Epic fail! L’avion est rempli à 90% de chinois. À côté de moi : un chinois.

Je lui demande: « You speak english? ». Je m’attendais à un « Noo. » Mais non. En fait il ne comprend pas un mot de ce que je dis. Du coup je répète et là il lève la main et me met un stop net en mode: « Moi. Toi. Pas communiquer. »

Il n’y a même pas d’écran et interdiction d’utiliser son téléphone durant tout le trajet (même en mode avion ça passe pas). J’ai pas envie de m’ennuyer durant 11 heures donc je change direct de place (une fois que tout le monde est installé dans l’avion, tu peux changer de place sans problème). Je me retrouve avec une française super sympa mais manque de bol, elle ne part pas au Népal mais en Birmanie.

Petite anecdote : Air China considère que tous les étrangers sont des « aliens ». Ça m’a fait rigolé. 😂

On est des aliens d'après Air China

Comment bien se faire arnaquer en débarquant à Katmandou?

J’arrive à Katmandou, je suis un zombie tellement je suis fatigué. On me demande de faire un Visa et pour le payer, je perds une dizaine d’euros en taxes inutiles.

Une fois sorti de l’aéroport, je me fais harceler par les taxis qui veulent vraiment pas me lâcher. Tout ça parce que j’ai été stupide de leur dire que, oui c’est la première fois que je viens au Népal et que je n’ai pas d’agence ni quoi que ce soit. Ils en ont profité pour me faire payer 10x plus cher le prix du taxi + le bus pour Pokhara. 😅

Pourquoi je suis parti immédiatement à Pokhara?

Après quelques minutes de taxi, je dis au chauffeur que je veux partir à Pokhara.

À part Katmandou, c’est la seule ville que je connais au Népal et je crois savoir que des treks débutent près de cette ville. Et là, Katmandou c’est vraiment pas possible.

La route au Népal

Aperçu de la circulation à Katmandou

La pollution, la foule, le bruit, les déchets, la poussière… C’est trop! Même si je suis crevé, je préfère partir tout de suite pour pouvoir, demain, profiter à fond de Pokhara!

Les trajets en bus locaux sont trop confortables!

LOL. 😂

Bon j’avoue que je me plains vraiment beaucoup dans cet article mais j’enchaîne les galères aussi, faut me comprendre haha… 😅

J’enchaîne donc avec 7 heures de bus, le sac à dos sur les genoux à tenter de capter le wifi que m’a promis le taxi.

En sortant de Katmandou, on arrive sur des routes de montagnes avec des paysages qui me rappellent pourquoi je suis venu.

Paysage montagneux sur la route au Népal

Mais à chaque fois que je ferme l’œil et commence à m’endormir, un choc me fait cogner la tête au plafond. Je vous dit pas la tête que j’ai en débarquant à Pokhara…

Ma technique ultime pour négocier un prix

Je trouve rapidement une auberge mais comme je n’ai aucune idée des prix et m’étant déjà bien fait arnaqué, je suis sur mes gardes.

Le népalais me dit que la chambre est à 800 NPR (environ 8€). Et là j’utilise la meilleure technique au monde pour négocier : je lui dit « Okay, pas grave » et je m’en vais… En espérant qu’il me rattrape pour me donner un prix plus bas. Ça n’a pas du tout marché haha.

Je trouve pas d’autre auberge aux alentours donc 10 minutes plus tard je suis de retour. Il rigole en me voyant et me donne les clés de la chambres d’à côté.

Ma chambre à Pokhara

Après une bonne douche glacée et avoir lu encore quelques pages de l’Axe du loup (peu d’humour mais une aventure de fou!), je me couche enfin…

Ce n’est que le début d’une aventure géniale que tu découvriras très bientôt. 😉

Clique ici pour lire la suite de mon aventure dans le deuxième billet.

Partir à l’arrache au Népal: Mode d’emploi
4.6 (92.5%) 8 votes

Merci beaucoup pour le partage !

Suis-moi sur Facebook (lors des mes voyages, j'y raconte en direct mes aventures)